Coin des professeurs

Nous recevons constamment des nouvelles de nos professeurs qui travaillent sur d’intéressants éléments d’analyse ou effectuent des recherches que nous pensons que d’autres personnes au sein de notre communauté Boulder pourraient avoir le plaisir d’en être informées. Nous avons conçu ce coin des professeurs pour partager certains des travaux des professeurs de façon à promouvoir la discussion et construire des approches analytiques. Veuillez penser à comment vous pourriez contribuer à l’approfondissement de la conversation.

Bob

Déc19

Daniel Rozas est un chercheur en microfinances, demeurant à Bruxelles. Il se spécialise dans l’analyse des marchés, risque et crises, ainsi que dans la protection au client. Depuis 2001 et jusqu’en 2008, il a travaillé pour la compagnie américaine d’investissements hypothécaires Fannie Mae où il a été témoin direct du fait que les risques dans un marché peuvent construire et ensuite exploser en une crise. En 2013, il a co-développé MIMOSA (Microfinance Index of Market Outreach and Saturation), un outil pour dimensionner les niveaux de capacité et de saturation des marchés.

Lire la suite

Déc14

En quoi consistent les prêts “Peer-to-Peer”, et est-ce une appellation inappropriée ?

Les plateformes “Peer-to-Peer”(P2P) ont ouvert une nouvelle frontière dans le domaine des systèmes de prêts numériques, en mettant en rapport direct les investisseurs individuels et les emprunteurs. Zopa, au Royaume-Uni, était un pionnier pour ce type de financement massif, mais d’autres, comme LendwithCare ou KIVA, offrent un système différent. Il existe en effet quelques plateformes qui mettent en contact les investisseurs et les IMF qui ensuite prêtent aux individus ou aux entreprises. Leur succès a attiré l’attention des institutions financières traditionnelles, qui en principe ne prêtent pas leurs services aux marchés en aval.

Lire la suite

Nov28

La nouvelle proposition de valeur, les microcrédits rendus accessibles par la technologie.

Le rythme de croissance vertigineux de certains produits de micro-prêts-digitaux (MPD) oblige à s’interroger: s’agit-il des nouveaux microcrédits pour les pauvres? Les clients de ressources précaires sollicitant des crédits de faible valeur ne constituaient pas une option très attirante pour la plupart des institutions financières formelles (IMF). Les IMF étaient parmi les rares institutions qui leur offraient leurs services, car cela impliquait un système de contact personnel très coûteux. Mais les possibilités de microprêts apportées par la technologie, de manière pratiquement instantanée, par le biais de services exigeant un faible contact personnel, et à un coût réduit, les ont transformés en une option séduisante, et la compétitivité a augmenté à mesure que de nouveaux acteurs apparaissaient sur le marché.

Lire la suite

Oct21

Cette maxime est à la base de notre vie financière, que nous soyons riches ou pauvres. Cependant, les personnes ayant peu ou pas d’accès aux banques à qui nous offrons des services financiers  l’ignore dans leur majorité. Le système de pensée actuel concernant les services bancaires pour les plus pauvres se préoccupe des besoins et désirs des clients. Mais, comme le souligne Kim Wilson (CFI 2016), ceci n’est pas encore une réalité concrète:

Nous avons un agenda, qui est le suivant : devenez notre client, ayez vos besoins et exprimez-les dans la mesure où ils ont rapport aux paiements  numériques ou aux problèmes associés, en utilisant un compte en banque – beaucoup – et de préférence par opérations électroniques. Tout le reste, on s’en fout ! Vos méthodes archaïques avec des billets en papier, ce n’est pas notre problème. Vos pièces de monnaie entassées dans des tirelires, ce n’est pas notre problème. On veut que vous vous modernisiez et que vous deveniez comme nous. Autrement, ça ne justifie ni notre travail ni l’argent que nous dépensons.

Jusqu’à maintenant les moteurs de l’utilisation de services financiers numériques (SFN) ont été leur commodité, rapidité et rentabilité, aussi bien pour les services financiers formels que pour les informels. Cependant, considérant que leur pourcentage d’utilisation s´élève seulement à 30%, il est clair que les résultats obtenus sont inférieurs à ce que l’on escomptait.  Où est la faille? Qu’est-ce qu’il faut modifier si l’on veut progresser vers une économie "allégée en cash"?  

Lire la suite

Sep22

Original Post: Luxembourg Microfinance and Development Fund

Bons investisseurs, mauvais investisseurs?

J’ai récemment assisté à une session matinale du Boulder Microfinance Training à Turin. Les activités furent assombries par le tragique et soudain décès de l’une de nos collègues d’Oikocredit survenu la veille. Nous adressons nos pensées émues et nos condoléances à sa famille, ses amis et ses collègues au Pérou.

La session portait sur un dialogue entre investisseurs et praticiens, régulateurs, fournisseurs d’assistance technique, et autres acteurs de la microfinance. Malgré les tristes circonstances, le débat fut animé. Bien évidemment, l’idée était de poser des questions aux investisseurs  et de les défier.

Lire la suite

1

Boulder Institute of Microfinance

120 E Washington Street Suite 200
Syracuse, New York 13202, USA
+1 (315) 760-3091

info@bouldermicrofinance.org

Boulder Institute